Le Monde

28 novembre 2003, page 5

 

 

Selon une étude, les augmentations ont pénalisé les plus pauvres

 

Philippe Le Coeur

 

 

Les hausses des taxes sur le tabac conduisent-elles inexorablement à la diminution de la consommation ? Oui, à condition que ces fumeurs appartiennent à la catégorie des Français les plus aisés. Telle est la thèse d'un mémoire de DEA, réalisé en septembre 2003, par Raphaël Godefroy, intitulé "Les taxes sur le tabac sont-elles régressives ?" et sous-titré "La consommation de tabac en France face aux hausses des taxes (1978- 2000)."

 

Depuis le début des années 1990, les ménages français les "plus pauvres" n'ont en effet pas réduit leur consommation de cigarettes. La hausse de la fiscalité sur le tabac, et celle concomitante des prix de vente enregistrée depuis cette date, a certes conduit à une baisse de la consommation globale en volume des cigarettes en France. Mais cette diminution s'est surtout concentrée dans les ménages les plus aisés. Les taxes sur le tabac n'ont "pas amélioré le bien-être (...) des plus pauvres", conclut M. Godefroy.

 

Cet étudiant à l'Ecole des hautes études des sciences sociales (EHESS), à Paris, a travaillé sous l'autorité de Thomas Piketty, économiste et chercheur au Centre d'études prospectives d'économie mathématique appliquée à la planification (Cepremap). M. Godefroy, aujourd'hui étudiant à Stanford (Etats-Unis), a conduit son étude en exploitant les enquêtes "Budgets des familles" réalisées par l'Insee tous les cinq ans depuis 1979. Environ 10 000 ménages y sont interrogés. Ces enquêtes font apparaître l'évolution de la consommation des ménages français pour différents postes – notamment un poste cigarettes, cigares, cigarillos – en fonction de leur niveau de revenus.

 

"IMPÔT À L'ENVERS"

 

"Elles montrent que la consommation macroéconomique de cigarettes a eu tendance à baisser" depuis 1990 "et qu'il y a eu également diminution de la consommation par ménage", écrit M. Godefroy, qui y voit l'effet de la loi Evin de 1991. La première a baissé de 95,8 milliards d'unités en 1990 à 82,51 milliards d'unités en 2000 ; la seconde a reculé de 12,18 à 9,22 cigarettes par jour et par ménage sur la même période. "Cela permet d'estimer qu'une hausse de 1 % des prix entraîne une baisse de 0,4 % de la consommation totale de cigarettes", résume M. Godefroy, qui ajoute que le Trésor public n'y a pas perdu au change : "La hausse du prix et des taxes sur les produits du tabac ont plus que compensé la diminution de la consommation en volume."

 

Seuls, toutefois, les Français les plus aisés ont véritablement réduit leur consommation : pour les "10 % de ménages les plus riches-449 911 francs de revenus annuels en 2000-, la consommation est tombée de 5,6 à 3,4 cigarettes par jour et par adulte" en l'espace de dix ans. Dans le même temps, pour les 10 % des ménages les plus pauvres -46 599 francs de revenus annuels en 2000-, la consommation moyenne est restée stable aux environs de 8 cigarettes par jour et par adulte (entre 7,7 et 9,1). "La consommation ne baisse pas au moins pour les trois premières" tranches de revenus les plus bas, insiste M. Godefroy.

 

"Les pauvrés os ecosauvr h3 7ass=MsoNormal style='m3et des tasoNaliséess lebns erchuot; drésume M. Gopan class=SpellE>ENketty, . Ilont véntenutié condimmater"La -4dénsé tyle='bac ont plgmentatérois is, lus bavi" ens lespremière a instiées taxnches de revenus le(s plus bas, )ue cons lesprconde a (s plus bhausst, a son . Godefroy.

 

Cetdimée ce àbsp;: pos Frnages les plins poaées pat vérue Trpoidde relrs appangtyle='bac onper&qle='ms bha 20us balrd'hent dims le s apmpent ?&:esprearte relrs apvenus lendimroééeau Cebac n'onaes f de 95oduessiverpar sst le 954,5bsp;% de de ut des nées 1 198à&n 7bsp;% de 2000-,o:p>

 

Seu la même période. ,a plaarte upvenus endimroéé Cebac n't restée stable auà,4&5bsp;% dees zos Frnages les plus riches"LaE2000-,,es 10 % des ménages les plus pplaarés os e versé l'Ecotaplus qu 5,6bsp;% de la r covenus e Cebie d'é taxes sur le tabac cconcle d'4&5bsp;% deur les 10 % des énages les plus pplches, réoute qu Godefroy, qui y voit l'epremiuvque le plscalité sur le ebac n'nction dncompe pé>"Laun impôtégressivefuot;, éccstim-à-de de>"Lampe péun impôtédo les eba enyennear adtégorie e revenus est redrits, st leaveces evenus uot;, o:p>

 

"LeC régrste gty-4déntrent qus=M zoasse dnt dil'ées